Environnement

L'engagement des tpg en matière d'écologie

Protéger l'environnement n'est plus une question d'idéologie. C'est un réel enjeu de société dont la prise de conscience se généralise, non seulement auprès du monde politique mais aussi auprès de la population. Ainsi, et au-delà du moyen de transport durable qu'ils représentent, les TPG ont une politique écologique volontariste qui s'appuie sur six principes fondamentaux.

Autobus Hess Hybride

Utiliser des énergies propres ou renouvelables

Les tpg favorisent depuis de nombreuses années l'utilisation d'énergies propres ou renouvelables.

  • Développement du réseau trolleybus. Les tpg électrifient de nouvelles lignes chaque année, sur lesquelles on engage des véhicules moins polluants et plus silencieux.
  • Développement du réseau tram. Année après année, le réseau des tramways genevois s'agrandit.
  • Utilisation d'une électricité d'origine hydraulique. 100% de l'électricité utilisée par les véhicules TPG est produite par la force de l'eau. Pour preuve : le label « énergie Vitale Bleu » des SIG.
  • Création d'une centrale photovoltaïque. Les TPG disposent d'une centrale photovoltaïque sur le toit de leur dépôt de la Jonction.

Protéger la qualité de l'air

L'impact environnemental du parc véhicules est très important. C'est pourquoi les tpg mettent tout en œuvre pour limiter les émissions polluantes.

  • Équipement de filtres à particules. Un bus pourvu de filtre pollue cent fois moins qu'un bus non équipé. Aujourd'hui, 67 % des autobus tpg en sont équipés, une proportion nettement supérieure à la moyenne suisse de 36 %.
  • Utilisation de biocarburant. Après un essai positif avec un mélange à 5% depuis le 1er janvier 2007, l'utilisation du biodiesel va être généralisée à l'ensemble du parc autobus. Ce qui génèrera une diminution de 417 tonnes des émissions de dioxyde de carbone. De plus, les tpg étudient actuellement la possibilité d'utiliser un mélange à 10 voire 30%.
  • Attributions sélectives des véhicules. En cas de pics de pollution, par exemple lorsque les taux d'ozone s'élèvent dangereusement, les tpg mettent en priorité sur leur réseau des bus équipés de filtre à particules.
  • Cette politique répond au plan 2003-2010 de l'Ordonnance sur la protection de l'air (Opair), qui prévoit un règlement spécifique pour les véhicules des transports publics.

Ménager l'eau

Source de toute vie, l'eau doit être consommée avec beaucoup de mesure. Et comme le lavage de chaque véhicule demande environ 180 litres, les tpg sont extrêmement attentifs à cet élément.

  • Limitation de l'utilisation au minimum nécessaire. Les employés responsables du lavage ne dépassent jamais la quantité d'eau suffisante à une bonne propreté.
  • Recyclage des eaux de lavage. Des installations spécifiques permettent de réutiliser une partie des eaux de lavage. Cette pratique réduit la consommation de 30 %.
  • Nettoyage des eaux sales. Après chaque lavage, un système de traitement nettoie les eaux usées par biodégradation. Des micro-organismes débarrassent les hydrocarbures, huiles et savons.

Diminuer les nuisances sonores

Au-delà de l'augmentation du parc de véhicules électriques, plus silencieux que les autobus, les tpg ont une politique de maintenance visant à réduire au maximum les émissions sonores de leurs véhicules. Dans cette optique, les tpg ont mis par exemple en place un suivi des bandages des trams, afin de minimiser le bruit des véhicules.

Gérer les déchets de manière optimale

Récupérer, trier, recycler : trois réflexes fondamentaux systématiquement encouragés au sein de l'entreprise.

  • Sensibilisations régulières. Les collaborateurs tpg connaissent la problématique de la gestion des déchets, et cela à tous les niveaux de l'entreprise.
  • Points de tri mobiles. Présents à proximité des places de travail, les chariots « RetriCycle » permettent de trier les déchets recyclables, les déchets spéciaux et les déchets ordinaires.
  • Recyclage des déchets industriels. Tous les déchets industriels (huiles, gros déchets, etc.) sont recyclés et traités selon les normes les plus strictes en la matière.

Utiliser du papier respectueux de l'environnement

Lutter contre la déforestation galopante : cet enjeu primordial demande une politique radicale. La production d'imprimés tpg recourt donc exclusivement à du papier écologique, qu'il soit recyclé ou produit selon les principes du développement durable. Cette règle s'applique à toutes les imprimantes de bureaux, de même qu'à toutes les publications, brochures, supports d'informations et imprimés publicitaires de l'entreprise.