Le réseau des Transports publics genevois a dépassé les 200 millions de voyageurs pour l'année en cours

L'Unité analytique des Transports publics genevois (tpg) a identifié le vendredi 8 décembre comme étant le jour le plus « critique » de l'année en termes de fréquentation. Les tpg ont atteint le lende-main le nombre de 200 millions de voyageurs embarqués sur le réseau depuis le 1er janvier 2017.

Les Transports publics genevois (tpg) ont accueilli le samedi 9 décembre 2017 à 19h49 leur 200 millio-nième voyageur depuis le début de l'année. L'événement s'est déroulé dans le véhicule 881 sur la ligne de tram numéro 18 à l'arrêt « Carouge-Marché » en direction du CERN. « Ce résultat confirme la croissance continue des tpg », a déclaré Denis Berdoz, directeur général des tpg. En 2016, l'opérateur affichait environ 197 millions de voyageurs à la même date.

En termes de fréquentation, les lignes desservies par les trams sont les plus occupées du lundi au ven-dredi en horaire normal. Sur la base de leur fréquentation, les clients des tpg plébiscitent dans l'ordre les lignes 12 (Palettes - Moillesulaz), 14 (P+R Bernex - Meyrin-Gravière), 15 (Palettes - Nations) et 18 (Carouge-Rondeau – CERN). Dans ces conditions, il n'est pas surprenant de retrouver le 200 millionième voyageur des tpg sur l'une d'entre elles.

Si on s'intéresse aux lignes ayant le taux de charge le plus élevé, ce qui correspond à la charge présente par rapport à la capacité existante, les lignes 3 (Gardiol – Crêts-de-Champel), 8 (Veyrier Douane – OMS), 61 (Gare Cornavin – Annemasse) et F (Gare Cornavin – Gex-Aiglette) s'avèrent être les plus sollicitées. Sans surprise, les tranches horaires les plus denses sur le réseau des tpg se situent entre 7h00 et 8h00 puis entre 17h00 et 18h00 durant la semaine.

Nouveau record anticipé

Compte tenu de ce résultat, les tpg devraient dépasser cette année leur record historique qui se situe à près de 214 millions de passagers pour l'année 2016. Ce chiffre en fait le second réseau le plus fréquenté de Suisse devant Bâle (132 millions pour les BVB), Lausanne (109 millions pour les Transports publics lausannois), Berne (102 millions pour BernMobil) et après Zurich (324 millions pour VBZ).

L'ensemble de ces données résulte du travail réalisé par l'Unité analytique des tpg qui réfléchit à l'amélioration constante des performances de l'opérateur. Pour ce faire, ces spécialistes traitent grâce à de puissants algorithmes principalement trois types de données enregistrées dans les véhicules : les montées, les descentes et les horaires réels de passage aux arrêts grâce auxquels ils calculent la charge des véhicules en passagers, le taux de fréquentation et la ponctualité des véhicules aux arrêts.

Les réflexions menées par l'Unité analytique permettent de déterminer, par exemple, si les horaires théoriques sont adaptés à la réalité des conditions de circulation ou si le nombre de véhicules en circulation s'avère suffisant par rapport à la charge de passagers. Une analyse extrêmement utile pour un réseau qui cherche à répondre au mieux aux attentes de ses clients.

Pour toute information complémentaire :
François Mutter, porte-parole des tpg
+41 22 308 31 60 / +41 79 694 49 44 - mutter.francois@tpg.ch

Téléchargez le communiqué de presse du 20 décembre 2017 (pdf)

Les Transports publics genevois tpg sont l'opérateur de transport public de référence de la région genevoise. Ils ont pour mission de contribuer à la gestion de la mobilité sur leur territoire en proposant une offre de qualité dans le respect des principes du développement durable. Les tpg visent dans toutes leurs actions l'excellence au service de la collectivité pu-blique. Ils agissent dans le cadre d'un contrat de prestations renégocié tous les quatre ans avec l' État de Genève.