Contenu

Les tpg à la pointe de l'innovation

Conformément à leurs engagements envers l’environnement et leurs clients, les tpg étudient et mettent en place des solutions innovantes pour une mobilité durable et qui rende l’expérience du voyage simple et agréable.

TOSA, l’innovation au service de la mobilité à Genève

Déployé en 2018 sur la ligne 23, le bus TOSA (Trolleybus Optimisation Système Alimentation) est le premier système de bus articulé de grande capacité 100% électrique, à batterie rechargeable, à la fois écologique et d'une large autonomie pour la desserte des villes. Avec sa technologie, il positionne Genève et la Suisse sur la carte de l'innovation en matière de mobilité durable. 

tosa
  • Recharge par biberonnage

    TOSA, c'est une innovation-clé à l'échelle mondiale: la recharge par biberonnage, développée par ABB à Genève. Ce processus consiste en une recharge dite flash des batteries situées sur le toit du véhicule à des stations de recharge le long du parcours, soit 20 secondes, le temps de montée et descente des passagers. Un bras mécanique repliable placé sur le toit du bus et doté d'un capteur laser permet la connexion automatique à la station de recharge, en moins de 1 seconde. Cette technologie de recharge ultra-rapide sur le parcours du véhicule suffisante permet de contenir à 4 minutes le temps de recharge complet aux terminus. 

    Ce déploiement a nécessité la construction de 13 stations de recharge flash, de 3 stations de recharge aux terminaux et de 4 stations au dépôt, pour un montant total de 24 millions de francs.
     

  • Une énergie propre et mieux consommée

    Par ailleurs, le bus TOSA récupère l'énergie au freinage, à la décélération et à la descente. Directement stockée et consommée à l'intérieur du véhicule grâce aux batteries situées sur le toit du véhicule, elle sert aux phases de démarrage et de roulement.

    TOSA représente ainsi une innovation majeure en matière de gestion de l'énergie et du réseau, avec l'intégration des dimensions de stockage d'énergie et de transfert à forte puissance (smart-grid et smart-metering). A noter que l’énergie fournie par les Services Industriels de Genève (SIG) est d'origine certifiée 100% renouvelable d'origine solaire et hydraulique (dont plus de 23% sont produits localement).
     

  • Un partenariat d'acteurs industriels et institutionnels soutenus par le milieu académique

    TOSA est le fruit d'une union publique-privée exemplaire réunissant les Transports publics genevois (TPG), l'Office de Promotion des Industries et des Technologies (OPI), les Services industriels de Genève (SIG), ABB Sécheron SA et le Canton de Genève, qui a financé l'acquisition des stations de recharge ainsi que des travaux de génie civil notamment, pour un coût budgété de CHF 15'000'000.-.

    Les étudiants des milieux académiques, tels que l'EPFL, la HE-Arc, l'Hepia ainsi que la chaire d'efficience énergétique de l'UNIGE ont apporté leurs connaissances et savoir-faire dans la phase initiale de développement du projet. 

  • Subvention de l'Office fédéral de l'énergie

    Le bus électrique TOSA répond parfaitement à la Stratégie énergétique 2050 de la Confédération visant à réduire la consommation énergétique du pays. Il bénéficie à ce titre d'une subvention de l'Office fédéral de l'énergie (OFEN) à hauteur de CHF 3'400'000.- pour son déploiement à Genève sur la ligne 23 et figure en tant que projet phare de la Stratégie énergétique menée par la Confédération.

Véhicule autonome

Depuis 2018, les tpg expérimentent les technologies de conduite autonome avec la ligne de proximité XA qui permet de rallier le village et la gare de Meyrin et en participant au projet européen de recherche AVENUE (Autonomous Vehicles to Evolve to a New Urban Experience). 

Véhicule autonome de la ligne XA, à Meyrin
  • Le véhicule autonome en service à Meyrin

    Contrairement à la plupart des essais en termes de technologie autonome, la ligne XA est desservie même en cas de problèmes techniques : un minibus motorisé prend le relais en cas d’indisponibilité du véhicule autonome. 

    Cette mise à l’essai a pour but d’acquérir de nouvelles connaissances et d’évaluer les perspectives que ce type de véhicules peut apporter à nos clients. A terme, des véhicules autonomes pourront prendre place dans l’offre des tpg, en particulier dans les villages de la périphérie et les zones périurbaines. 

    Pour des raisons de sécurité, un opérateur est constamment présent à bord durant la période d’expérimentation. Si besoin, il reprend la conduite en mode manuel.
     

  • Pour suivre le véhicule autonome

    Consultez les horaires de la ligne XA.

  • Objectifs du projet

    Piloté par l’Université de Genève, le projet européen AVENUE vise à préparer l’intégration technique, économique et législative des véhicules autonomes dans l’espace urbain et à l’offre existante en matière de transports publics. 

    Présentant toutes les caractéristiques de circulation et d’aménagement routier des grandes villes et ayant en plus l’avantage d’avoir son réseau de transport public géré en majeure partie par un unique opérateur, les tpg, Genève a été retenue parmi les villes pilotes, aux côtés de Copenhague, Luxembourg-Ville et Lyon.

    Chacun des seize partenaires apporte son savoir pour traiter les trois axes de recherche du projet : 

    • l’analyse de la conduite autonome sous les angles de la sécurité, de la fluidité du trafic et de la capacité d’adaptation des véhicules à des circonstances particulières, 
    • l’optimisation des itinéraires (tant pour le confort des usagers que pour réduire les coûts d’exploitation)
    • l’offre de services complémentaires à bord et autour des véhicules (réalité augmentée, vidéo-conférences, assistance aux enfants et PMR, etc.).

    A l’issue du projet en 2022, les partenaires seront en mesure de fournir des recommandations aux autorités et aux urbanistes quant aux adaptations à apporter à la loi et à l’aménagement urbain et de proposer des modèles d’affaires aux opérateurs.

  • Budget

    AVENUE bénéficie d’un budget total de 22 millions d’euros sur quatre ans, à majeure partie financé par la Commission européenne, sous contrat n° 769033, pour développer, tester et valider des modèles d’exploitation et de développement viables de lignes urbaines.

  • Projet à l'essai à Belle-Idée

    Outre la desserte du « dernier kilomètre » entre le dernier arrêt du réseau régulier et les zones en périphérie, le véhicule autonome offre une autre perspective intéressante : l’offre à la demande. Une personne qui aurait besoin d’un transport dans un créneau précis pourrait, par exemple, adresser une demande la veille pour être véhiculée d’un point à un autre, selon l’horaire de son choix.

    Les tpg s’apprêtent à tester cette piste en 2020 en mettant en place une offre porte à porte à la demande sur le site privé de l’Hôpital des Trois-Chêne. L’idée est, dans un premier temps, d’ajouter de la fréquence de passage sur ce parcours déjà desservi en ligne droite par des bus traditionnels ; puis, de relier les différents bâtiments du site sur la base d’une offre à la demande en temps réel.
     

Des arrêts connectés pour une meilleure expérience voyageur

Le confort des passagers à tout moment de leurs déplacements est l’une des priorités des tpg. Dans cette optique, nous sommes en train de concevoir un modèle d’arrêt de bus intelligent et connecté. Le but est double. D’une part, il s’agit d’améliorer l’expérience des voyageurs à ce point de contact qu’ils ont avec les transports publics grâce à des services supplémentaires rendus possibles par les nouvelles technologies. D’autre part, il s’agit, pour les tpg, d’avoir des outils en main pour une meilleure adaptation de l’offre. Dans le cadre de ce projet de transformation digitale, nous collaborons avec des partenaires comme les HES de Genève.

Des éléments de cet arrêt du futur seront prochainement dévoilés au public. Si les tests s’avèrent concluants, le déploiement d’arrêts connectés sur le réseau sera alors envisagé. L’évolution des plus de 600 abribus du réseau, qui dépendent des différentes communes, représente un défi de taille mais il signifie aussi d’éventuelles convergences entre les communes et les tpg. 

Les tpg tournés vers l'avenir

Apprenez-en plus sur nos activités d'aujourd'hui et nos projets de demain...